Histoire

The Stranglers est un groupe de rock britannique formé le 11 septembre 1974 à Guildford, qui est associé au mouvement punk puis New Wave. Dans les premiers temps, il est composé de quatre membres : Hugh Cornwell (chant, guitare), le franco-britannique Jean-Jacques Burnel (chant, basse), Dave Greenfield (claviers) et Jet Black (percussions). Les Stranglers ont atteint en Angleterre 23 fois le top 40 des singles et 17 fois le top 40 des albums.

Le groupe, nommé d'abord The Guildford Stranglers, est né en 1974, quelques années avant l'explosion du Punk britannique, et des formations comme les Sex Pistols, The Clash, The Jam ou The Damned.
Jet Black et Hugh Cornwell sont à l'origine de la formation des Stranglers: à la fin de l'année 1973, Hugh Cornwell rentre de Suède avec Johnny Sox, le groupe qu'il a formé durant ses années d'étude là-bas. Le batteur est le premier à quitter le groupe, suivi par le bassiste, ils sont remplacés par Jet Black et Jean-Jacques Burnel. Hugh Cornwell fait alors appel à Hans Warmling, un multi-instrumentiste et compositeur qu'il a connu en Suède. Ensemble, ils écriront Strange Little Girl. Mais Hans repart au bout de six mois et est remplacé, au printemps 1975, par le claviériste Dave Greenfield.

Le groupe se distingue rapidement des autres, aussi bien musicalement que vestimentairement. Les spécialistes parlent alors de genre Melodic Post-Punk. La particularité du son des Stranglers repose sur deux atouts : le jeu de basse de Jean-Jacques Burnel et les claviers de Dave Greenfield, dont les cascades de notes rappellent Ray Manzarek des Doors, un groupe qui a beaucoup inspiré les Stranglers. On retrouve en effet chez les Stranglers des titres au rythme de valse (Golden Brown, Outside Tokyo...) que l'on peut mettre en parallèle avec par exemple Wintertime Love des Doors. L'album préféré de Jean-Jacques Burnel est L.A. Woman. Même le jeu de guitare de Hugh Cornwell rappelle celui de Robby Krieger, le guitariste des Doors aux inspirations blues et flamenco.

Après quatre premiers albums et quelques titres phare ((Get a) Grip (on Yourself), Hangin' Around, No More Heroes, Something Better Change, The Raven, Tank, etc.) le groupe se tourne à la fois vers des expérimentations musicales mais aussi vers un style tout simplement plus pop. Apparaissent alors leurs albums des années 1980 comme La Folie, Aural Sculpture, Feline ou encore Dreamtime, et des tubes comme Golden Brown, Skin Deep ou encore Always The Sun, leur titre le plus connu en France[réf. nécessaire].

A noter que dans ce pays, le groupe est boudé par les médias suite à un concert à Nice en 1980, qui aboutit à leur emprisonnement pour incitation à l'émeute. Le groupe connaîtra tout de même en France un grand succès entre 1981 et 1987 grâce, entre autres, aux albums Feline et Dreamtime (avec son hit Always The Sun, bien classé au Top 20 français).

A noter aussi que durant l'été 1985, le groupe participe à Rock in Athens, un festival exceptionnel organisé notamment à l'initiative des Ministères grec et français de la culture et composé d'une série de concerts regroupant principalement des formations tendance new wave (en dépit du nom du festival...) célèbres à ce moment-là. On y retrouve donc les Stranglers mais aussi, entre autres, Depeche Mode, The Cure, Talk Talk, Culture Club et également le groupe français Téléphone.

Les années 1990 voient le départ du chanteur Hugh Cornwell au lendemain d'un fameux concert à l'Alexandra Palace Saturday night, Sunday morning, le 11 août 1990. Il restera dans les esprits le chanteur-guitariste historique des Stranglers. Il est remplacé au chant par Paul Roberts, un fan des Stranglers depuis longtemps. C'est aussi le plus jeune membre du groupe. À cette époque arrive aussi, à la guitare, John Ellis, ex-membre des Vibrators. Il avait déjà participé comme guitariste au concert à Hemel Hempstead, enregistré en 1979 durant la carrière solo de Burnel, puis plus activement durant la tournée de l'album Ten en tant que cinquième membre du groupe1. Au cours de cette décennie, les tubes se font plus timides.

En 2000, le guitariste John Ellis est remplacé par Baz Warne.

En 2004, les Stranglers livrent leur quinzième album, intitulé Norfolk Coast. Musicalement, c'est un vrai retour aux sources. Cet album est probablement le meilleur depuis le départ de Hugh Cornwell et son remplacement par Paul Roberts. Il donne lieu à un retour en Europe, et en France, à l'occasion d'une nouvelle tournée.

En 2006, après seize ans de participation, Paul Roberts quitte à son tour le groupe pour se consacrer à son projet nommé Soulsec. Baz Warne le remplace au chant. En septembre 2006 paraît le seizième album des Stranglers, Suite XVI1. Il marque le retour des « Hommes en noir », avec une musique plus sombre, et le retour des claviers de Dave Greenfield et de la basse de Jean-Jacques Burnel. Une tournée anglaise suit, à guichets fermés.

Au printemps 2007, le groupe tourne en France (dix dates), mais également en Hollande et en Belgique, avec une tournée acoustique que l'on retrouve sur l'album live, The Men In Black In Brugge. C'est aussi la concrétisation d'un gros projet, puisqu'on peut rappeler leur prestation acoustique en 2005 lors du concert au Sheperd Bush Empire de Londres, et l'enregistrement de Laid Black en 2002.

Début 2011, leur site officiel annonce une nouvelle tournée anglaise intitulée Black and Blue Tour. Elle compte 17 dates, débute le 4 mars à Newcastle et se termine le 26 à la Manchester Academy. À noter une nouvelle date à l'Hammersmith Apollo de Londres, où ils sont passés en 2010 et ont tourné un DVD.

Début 2012 , nouvel album "Giant" et nouvelle grande tournée européenne. À noter que le batteur Jet Black, fatigué (il apparait même avec un masque à oxygéne sur l'affiche de la tournée) est remplacé lors des déplacements hors Angleterre par son technicien Ian Barnard qui assure le rôle de batteur.
Cet album a été salué unanimement salué par la critique. Une grande réussite assurément.
___ __ _
http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Stranglers

Aucun commentaire: