Blog Officiel Stranglers France

The Classic Collection: à l’occasion de la tournée française 2017, Stranglers-France organise un jeu concours

lundi 8 avril 2013

Baz Warne : 500 Concerts avec le Groupe...


Durant une conversation avec Baz en fin d’année dernière, il nous demanda combien de concerts il avait bien pu jouer avec le groupe, pensant qu’il s’approchait d’un nombre assez remarquable. Le commentaire fut noté à son insu et le nombre de ses concerts fut dûment calculé. Etonnamment, depuis qu’il eut rejoint le groupe en 2000, il a joué un nombre impressionnant de concerts et Birmingham, sur le « Feel It Live » tour aura été remarquable.



Le 16 mars à Birmingham, tu as joué ton 500ème concert avec les Stranglers. Etait-ce pour toi un accomplissement ou juste un concert de plus ?
Tu joues chaque concert comme n’importe quel autre et comme si c’était le dernier… Evidemment certains concerts sont parfois considérés par les gens comme étant plus importants que d’autres. Parfois un évènement se produit dans ta vie, tu te disperse un peu et tu te déconcentres mais c’est rare. En général tu n’oublies pas que tu es chanceux de faire ce que tu aimes vraiment et que tu procures beaucoup de plaisir aux gens. Nous aimons tous ça plus que jamais.

JJ t’a présenté une récompense commémorative pour marquer l’occasion. Est-ce moi ou bien étais-tu vraiment touché par ce geste ?
Bien sûr que oui. Je ne me doutais pas qu’ils allaient faire ça, c’était un très beau geste… Tu ne t’attends pas à ce que les Stranglers soit sentimentaux ou enclins à faire ce genre de choses. Nous ne le sommes pas en général c’était donc un moment touchant…

En 2000 tu as fait tes débuts avec le groupe lors de 3 concerts réservés exclusivement aux troupes déployées au Kosovo mais tu as fait ta première apparition publique en Belgique au festival Schwung le 27/05. Etais-tu nerveux ?
Pas vraiment car jouer ne m’a jamais réellement rendu nerveux. C’est ce que j’ai toujours voulu faire. Mais connaissant les fans des Stranglers, je savais que j’allais passer un véritable examen et je n’avais pas tort… La scène était immense et il y avait au moins 50 fans Anglais sur le côté (toi inclus si je ne me trompe), c’était donc un test, oui. Mais avec moi ça a toujours été «  allez-vous faire foutre et regardez ce que je sais faire » de toutes façons. Ça m’a toujours rendu service et je suis toujours là.

Tu as joué en quintette avec le groupe, Paul étant au chant, pendant 200 concerts environ. Quels souvenirs gardes-tu de cette époque ?
C’était ma période d’apprentissage. Durant les tournées, j’apprenais à connaître les gens, leur mode de fonctionnement et leur tempérament en tentant de donner un sens à tout ça. Ce fut également mes premières tentatives de compositions que j’ai osé présenter au groupe pour une utilisation éventuelle… C’est ce qui m’a probablement le plus stressé, plus encore que de jouer en concert avec eux. La première chanson que j’ai écrite était « Dutch Moon » au bout de 10 semaines passées avec le groupe. Je me souviens très bien leur avoir donné les enregistrements et attendre leur réaction… C’était quelque peu effrayant… Mais ça s’est très bien passé au final…

La dynamique sur scène a changé une fois que vous êtes redevenu un quatuor lors du festival « Summer Buzz » à Weston en juin 2006 ?
Tout s’est normalisé, les choses étaient plus calmes et ça dure toujours

Vous avez passé 2012 à promouvoir « Giants » à travers le Royaume-Uni et l’europe, vous avez eu un planning estival bien chargé et la plupart des dates ont été jouées soit avec Ian ou Jim à la place de Jet. Dans quelle mesure ces remplaçants ont eu un impact sur les performances du groupe ?
Pas d’impact particulier. Ian et Jim sont beaucoup plus jeunes et injectent aussi beaucoup plus d’énergie. On fait tous avec tu sais.

En repensant à ces 500 concerts, certains ont-ils été plus marquants que d’autres et pourquoi ? 
Glastonbury 2010 était un sommet…80,000 personnes sont venues nous voir par un beau jour d’été Anglais et ça nous a bluffés… La première fois que nous avons joué dans le nord-est et Glasgow. À Hyde Park où nous avons montré une chose ou deux à la police… il y en a plusieurs… T in the park lorsque 30000 personnes trempées ont chanté Always The Sun, L’olympia à Paris l’an dernier, Les concerts en Australie, au Japon, il y en a plein… Les débuts à Glastonbury !

D’autres que vous n’auriez pas dû jouer ?
Oui, le dernier concert après Glastonbury en Pologne, deux jours plus tard… Une éternité pour aller là-bas pour nous retrouver devant un millier de motards ringards… Quel contrecoup !

Quels sont tes endroits préférés ?
J’aime l’Australie, J’y vivrais bien volontiers.

Vous avez évoqué la possibilité de faire quelques dates en Amérique du Sud l’an dernier mais ça n’a pu se faire malheureusement. C’aurait été une première pour le groupe. Quels sont les pays que tu aimerais visiter ? 
Bien finalement on va aller aux Etats Unis. La dernière fois que j’y suis allé, ce fut avec les Toy dolls en 1984, j’avais 19 ans. Je suis impatient d’y retourner. Je sais que ce n’est pas une première pour le groupe mais ça fait presque 20 ans, c’est donc comme un nouveau départ…

La réponse du public et des fans a été extraordinaire durant le « Feel It Live » tour. Ce doit être motivant et inspirant une telle loyauté manifestée par tous ces fans ? 
Absolument… Les fans des Stranglers sont tour à tour loyaux, doux, horripilants et très amicaux pour la plupart. Ils sont formidables et font le tour du monde pour nous surprendre et nous suivre… C’est surprenant de scruter le public à Tokyo et d’y trouver un visage connu, c’est très inspirant et lors des tournées britanniques, ils sont respectueux. C’est toujours très intéressant de discuter avec eux. Je les aime. Ils sont notre raison d’exister après tout…

Comment Jet s’est senti durant cette tournée gigantesque ?
Je pense qu’il a vraiment apprécié cette tournée. Ce n’est un secret pour personne, il a un âge avancé maintenant et nous devons le surveiller de près mais les gens l’adorent et en vieux professionnel qu’il est, il ne supporterait pas de vivre sans se donner à fond  chaque fois qu’il le peut.
Chaque fois que nous avons joué sans lui par le passé, il n’était pas présent physiquement mais sur cette tournée il a dû observer un plus jeune batteur prendre sa place et ça n’a pas été facile pour lui car c’est son groupe après tout… Mais les acclamations qu’il a eues chaque fois qu’il montait sur scène vous réchauffent le cœur… Et je sais ce que ça signifie pour lui… Il adore ça, tout le monde l’aime et dans ce business que peux-tu demander de plus ? Croyez-moi, il jouera jusqu’à ce que ses forces l’abandonnent, ça je le sais…

Un des moments forts de la set list « Feel It Live » est le retour de l’enchaînement Midnight Summer Dream/European Female après une longue absence. Peut-on s’attendre à d’autres transitions de ce type dans le futur comme celles de Baroque Bordello/Ice ou Nuclear Device/Genetix?
Probablement pas non, ou peut-être, qui sait ?

La set list de la tournée « Feel It Live » a balayé une fois de plus toute votre carrière et vous l’avez modifiée de date en date en interprétant des titres comme A Soldier’s Diary et Bitching. Faire ceci vous permet-il de garder une certaine fraîcheur et de l’excitation ?
C’est intéressant pour nous comme pour les fans… Je ne peux pas nous imaginer jouer machinalement et sans conviction juste pour faire un peu d’argent. Quel intérêt ? On fait ça pour notre plaisir en espérant que les gens apprécieront… Ils apprécient la plupart du temps…

Comme tu l’as mentionné, le groupe va aller aux Etats-Unis pour la première fois avec toi en mai/juin, deux dates au Canada étant incluses. Ressens-tu de l’excitation ?
Oh oui, Dans quel autre endroit pourrais-tu trouver à 4 heures du matin du bacon avec un cheeseburger indigeste recouvert de beurre de cacahouète, de la choucroute et des danseuses ?  C’est un endroit de folie putain… J’ai vraiment hâte d’y être…

Prêt pour 500 concerts de plus ?
Oh j’aimerais croire que nous pourrions en jouer autant encore… On sera alors de très très vieux bonshommes… Même moi !
Félicitations et merci à Baz pour cette interview réalisée durant un jour de repos précieux câlé dans un planning exténuant. Qu’il continue encore longtemps à tourner avec les Stranglers.


Article original : http://www.thestranglers.net/?p=7823
Remerciements : Fredib pour la traduction

1 commentaire:

Anonyme a dit…

ce qui doit être encore plus impressionnant ; c'est le nombre de concerts joués par JJ et Dave (Jet ayant pris du retard) ;-)

Nathalie